Fournir des rétroactions correctives – Julie Vidal et Ciara Wigham

  • DEFINITION

La rétroaction corrective a pour but d’indiquer à l’apprenant que sa production n’est pas conforme aux normes de la langue cible et de l’aider à acquérir davantage de précision linguistique.

Vous trouverez ci-dessous, deux extraits pour comprendre comment les enseignants abordent la rétroaction corrective par visioconférence :

  • EXTRAIT 1 : recourir au clavardage pour résoudre une incompréhension

Cet extrait se situe à la séance 5 dont le thème est la mise en place d’un projet. Elle met en relation l’enseignant (Victor) et un apprenant (Liam). Dans cette séquence, Liam avait pour tâche de proposer un menu pour un camion restaurant dans un quartier de Lyon. Il suggère des langoustines mais sa prononciation ne permet pas à Victor de le comprendre.

transcription extrait 1

  • QUESTIONS SUR L’EXTRAIT 1
  1. Quelle stratégie utilise l’enseignant lorsqu’il ne comprend pas le mot prononcé par l’apprenant la seconde fois ?
  2. Dans quelles modalités fournit-il la forme correcte ? Trouvez-vous cela efficace ?
  • RECOMMANDATIONS DIDACTIQUES
  1. apporter une rétroaction corrective dans la même modalité que celle utilisée par l’apprenant et proche de l’erreur à la fois temporellement et spatialement.
  2. Soulager la tension lors de l’incompréhension grâce au clavardage.
  3. Demander à l’apprenant de changer de modalité (c’est-à-dire de passer à l’écrit) lorsque l’incompréhension persiste dans le mode verbal.
  • EXTRAIT 2 : Fournir et clore une rétroaction corrective en encourageant

Cet extrait se situe à la séance 3 dont le thème est la préparation d’un stage à Reims. Elle met en relation l’enseignante (Adèle) et deux apprenantes (Alannah et Catriona). En amont de cet extrait, Adèle demande à ses apprenantes si elles ont pu voir le bilan de la séance précédente comprenant les corrections et commentaires que cette dernière leur avait fournis. Alannah indique que la vidéo lui a permis de se rendre compte qu’elle faisait des erreurs surtout en ce qui concerne la prononciation. Alannah prononce de manière non conforme le mot « prononciation » ce qui ouvre la longue séquence de rétroaction corrective suivante (1min40).

transcription extrait 2

  • QUESTIONS SUR L’EXTRAIT 2
  1. Quelles sont les ressources multimodales (gestes, clavardage, proximité à l’écran) qu’Adèle utilise pour aider Alannah à modifier sa prononciation ?
  2. Comment Adèle annonce-t-elle la clôture de cette séquence de rétroaction corrective ?
  3. Quels indices donnent l’apprenante de son souhait de clore la séquence de rétroaction corrective, de revenir au thème principal de la conversation et à une interaction plus symétrique ?
  • RECOMMANDATIONS DIDACTIQUES
  1. Le moment opportun, faire un pas de côté dans l’interaction et initier des séquences de rétroaction négative pour permettre à l’apprenant de comparer la forme erronée et la forme correcte en utilisant plusieurs modalités.
  2. Evaluer l’impact de la correction et changer ou ajouter des ressources multimodales pour aider l’apprenant à fournir la forme linguistique attendue.
  3. Encourager la production de l’apprenant par des énoncés évaluatifs positifs (pouce levé, hochement, sourire).
  4. Repérer les demandes émises par l’apprenant d’une clôture de la séquence de rétroaction corrective et d’un retour à une conversation plus symétrique et/ou au sujet principal de l’échange.
  5. Émettre des indices de changement de rôle pour annoncer la clôture de la séquence de rétroaction corrective (ex : expressions d’empathie, phrases et gestes d’évaluation positive, d’encouragement).
  • REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES