Recherche

Axes de recherche

  • Linguistique interactionnelle, syntaxe et macrosyntaxe, analyse multimodale de données vidéo
  • Linguistique appliquée, apprentissages en contextes numériques
  • Annotation multi-niveau, corpus de langue parlée, humanités numériques
  • Toucher et tactilité, objets dans l’interaction, organisation de la participation
  • Pratiques de terrain et valorisation de la recherche

 

Participation à des projets de recherche

 

Mai 2019 / août 2020     Chercheur postdoctoral dans le cadre du projet FLEURON (Français Langue Étrangère Ressources et Outils Numériques)

Le site FLEURON propose des ressources multimédias authentiques qui illustrent un ensemble de situations de la vie d’un étudiant en France. Ces ressources permettent d’observer différentes situations en contextes universitaires et ordinaires et des échanges sur différents sujets. Elles permettent aux étudiants étrangers de découvrir les situations auxquelles ils seront confrontés à leur arrivée dans une université française. Chaque document est accompagné d‘un sous-titrage qui permet d’avoir accès au texte écrit de ce qui est dit, de la transcription écrite complète de l’ensemble de la ressource, de conseils pour utiliser le document pour apprendre à comprendre ou apprendre à dire, d‘un glossaire expliquant les termes spécifiques utilisés. Pour développer la compétence d’apprentissage et le sens de l’observation de la langue chez les apprenants de FLE, un outil dédié est mis à disposition des usagers : le concordancier.
Au sein de ce projet, je suis en charge de l’alimentation de la base de données avec de nouveaux enregistrements, de la mise en place et documentation des expériences d’exploitation de la plateforme avec des étudiants allophones, des analyses interactionnelles qualitatives issues de ces expériences, ainsi que de la médiation des ressources et outils via des tutoriels.

 

 

Décembre 2018 / mars 2019     Chercheur postdoctoral dans le cadre du projet INTERVALLE (Les INTERactions et leur VALorisation pour une Linguistique appliquée à l’Enseignement)

Le projet Intervalle se propose transposer les résultats des travaux de recherche en analyse des interactions développés dans l’équipe LIS du laboratoire ICAR (anciennement coordonnée par Véronique Traverso) en ressources pour l’enseignement de la linguistique française et du Français Langue Étrangère, au moyen d’extraits de corpus transcrits, documentés et didactisés, ainsi que de fiches explicatives multimédia décrivant certaines des spécificités de l’oral. Ce projet transversal aux disciplines de l’interaction et de la didactique des langues permettra d’enseigner la compétence d’interaction indispensable à la maîtrise de la langue orale et bénéficiera du réseau de didacticiens et d’enseignants coordonné par ICAR-LIS.
Au sein de ce projet, je suis en charge de l’annotation multi-niveau des extraits de CLAPI FLE. Cette annotation se base sur le repérage de phénomènes interactionnels (réparations, répétitions, reformulations, etc.), ainsi que d’observables issus de différentes perspectives (comme, par exemple, les particularités lexicales, les marqueurs du discours, des configurations syntaxiques propres à l’oral et certaines ressources multimodales). L’étiquetage résultant répondra au besoin récurrent des enseignants de disposer d’une aide pour l’enseignement de la compétence interactionnelle et pourra à terme être exploité directement par les apprenants.


2016 / 2019    
Chercheur ANR/DFG dans le cadre du projet franco-allemand SegCor – Segmentation de Corpus Oraux (ANR-15-FRAL-0004, coordinateurs : Thomas Schmidt, IDS Mannheim et Véronique Traverso, ICAR – ENS de Lyon).

Le projet a pour but de développer une méthode de segmentation, utilisable pour l’analyse de la parole-en-interaction sur différents niveaux (prosodie, chunking, syntaxe, macrosyntaxe) et pour différentes communautés de chercheurs. Il se base sur de vastes collections d’enregistrements audio et vidéo de différents types d’interaction en français et en allemand (issues des banques de données CLAPI, ESLO et FOLK), ainsi que sur les différentes approches de segmentation décrites en syntaxe, prosodie, linguistique interactionnelle et linguistique de corpus. Le projet propose pour la première fois une segmentation multi-niveau qui part d’une base empirique suffisamment large et diversifiée et qui, en même temps, prend en compte la dimension cross-linguistique.
J’ai été membre des groupes de recherche sur les unités (macro)syntaxiques, interactionnelles et prosodiques.

 

2017 / 2019     Participation au Projet ITAC – Interactions inTergénérationnelles Avec éCrans (responsables scientifiques : Christine Develotte, ICAR – ENS de Lyon / IFÉ et Mabrouka El Hachani, ELICO, Lyon 3).
Le projet ITAC est une collaboration scientifique entre le laboratoire ICAR, la Bibliothèque Municipale de Lyon, l’Université Jean Moulin Lyon 3 et l’équipe ELICO. Il a pour objectif d’étudier les utilisations numériques intergénérationnelles proposées par la BML en se centrant sur les aspects relationnels, linguistiques et éducatifs associés à ces interactions et à leur médiation par les professionnels. Les analyses pluridisciplinaires relèvent de l’analyse interactionnelle, de l’information-communication et des sciences de l’éducation.

 

2015 –     Participation au Projet Touching-the-body in interaction / Le toucher dans la parole et les corps-en-interaction (coordinateur : Luca Greco, CEMS – EHESS / Université de Lorraine).
Le projet Touching-the-body in interaction explore la dimension du toucher et des pratiques tactiles dans les interactions sociales à partir d’une variété de contextes ethnographiques réunissant des chercheurs de plusieurs pays et articulant étude des modalités sensorielles, approches interactionnelles et grammaire-dans-l’interaction.
Pour ma part, je développe une étude multimodale et interactionnelle de la structuration d’activités et des (re)configurations participationnelles dans des visites guidées avec des malvoyants.


2012 / 2016
 – Chercheur contractuel, Laboratoire d’Excellence ASLAN
Préparation d’un projet de recherche doctorale intitulé
Le refus en interaction. Une approche syntaxique et séquentielle de la négation.
Sous la direction de
Véronique Traverso (CNRS, ICAR – UMR 5191)
Sandra Teston-Bonnard (Université Lumière Lyon 2, ICAR – UMR 5191)
Soutenue le 20 décembre 2016 à l’Université de Lyon
Jury :
Arnulf Deppermann (Universität Mannheim, rapporteur)
Renata Galatolo (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna, examinateur)
Stefan Pfänder (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, rapporteur)
Nathalie Rossi-Gensane (Université Lumière Lyon 2, présidente)
Sandra Teston-Bonnard (Université Lumière Lyon 2, co-directrice)
Véronique Traverso (CNRS, directrice de recherche)

Résumé :
Ancrée dans une perspective interactionnelle, cette thèse présente une analyse du phénomène de refus. À partir de sa caractérisation en tant que deuxième partie de paire adjacente, nous avons constitué une collection d’occurrences, issues de corpus audiovisuels documentant plusieurs types d’interaction (conversations entre amis, préparations de repas, interactions en site commercial, visites guidées). Nous avons proposé une transcription détaillée des extraits retenus, qui rend compte des productions verbales ainsi que de la multimodalité. Sous le double angle de vue de la linguistique interactionnelle et de la macrosyntaxe aixoise, nous avons mené une analyse combinée afin de proposer des caractérisations à la fois séquentielles et syntaxiques des actions initiatives et réactives dans les échanges comportant un refus. La première partie analytique de la thèse porte sur le refus d’un objet, la deuxième partie examine le refus d’une réponse incorporée dans la formulation d’une demande de confirmation. Nous avons ainsi fait dialoguer dans une démarche opérationnelle deux approches qui opèrent dans le champ de la langue parlée en interaction. Les analyses multimodales et interactionnelles nous ont conduit à l’individuation de motifs séquentiels, pour lesquels nous avons également pu dégager une caractérisation macrosyntaxique. Dans ce travail, la négation est étroitement liée à la réalisation du refus, elle est considérée à la fois à travers les ressources verbales qui permettent de l’exprimer et dans ses manifestations physiques (secouements de tête, gestes manuels, expressions mimiques).


2013 / 2016
 – Participation au projet ORFÉO – Outils et Ressources sur le Français Écrit et Oral (ANR 12-CORP-0005, coordinatrice : Jeanne-Marie Debaisieux, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).
J’ai été membre du groupe de travail sur les marqueurs d’attitude émotionnelle.
Dans le cadre de cette étude pilote, j’ai contribué au développement d’une méthode et d’un outil exploratoire pour l’étude de l’émotion dans les interactions. Cette méthode repose sur le repérage d’indices d’émotionnalité à travers huit dimensions d’analyse : la multimodalité, l’interactivité, les bruits-sons, les marques d’accord et de désaccord, les marques de personnes, les unités macrosyntaxiques, les unités interactionnelles et les répétitions.


2014 / 2015
 – Participation au Projet Petits films (coordonné par Vanessa Piccoli, en collaboration avec l’équipe LIS et la Cellule Corpus Complexes du laboratoire ICAR).
Ce projet a été conduit avec une double finalité : confectionner des produits de forme agréable et de courte durée à partir de trois enregistrements et, parallèlement, mener une réflexion sur les modalités de réalisation de petits films et la valorisation de corpus audiovisuels.